Quai de Pointe-au-Pic. Le grand silence de la Sogit, POUR QUI ET POURQUOI !?

Sogit et Quai : Troisième partie

NOUS AVONS DES QUESTIONS À TOUS VOS SILENCES!

007

Il y a plus de dix ans, je faisais valoir, comme inacceptable, le mutisme devenu marque de commerce de la Sogit. Plus de 10 millions de fonds publics plus tard, nous sommes en mesure de constater malheureusement que ce silence se prolonge et devient de plus en plus épais comme le brouillard du matin sur la jetée. C’est à se demander si la Sogit a fait sien le proverbe italien qui dit : si tu as tort, il faut te taire.

Un premier texte sur le quai

Rappelons que le 26 février je faisais paraître dans l’Hebdo Charlevoisien un premier texte traitant du quai touristique dysfonctionnel de Pointe-au-Pic, barré depuis 10 ans et ce,  malgré l’investissement de plus de 6 millions de dollars de fonds publics. Pour le bénéfice de la population, j’avais accompagné ce texte, de trois questions, adressées à la Sogit et restées, à ce jour, sans réponse.

Un deuxième texte sur le quai

Le 12 mars dernier je récidivais avec un second papier traitant cette fois de l’inertie de la Sogit, à positionner La Malbaie, comme port d’escale, sur le marché des croisières internationales, privant ainsi notre collectivité, qui en a bien besoin, de millions dollars en retombées économiques. J’adressais alors deux autres questions à la Sogit et je reprenais en toute logique, les trois premières pour lesquelles on nous avait servi un silence de plomb.

Un troisième texte sur le quai et des questions

Ainsi, après avoir questionné les travaux visant le quai touristique de Pointe-au-Pic toujours non fonctionnel; après avoir questionné la planification déficiente des activités touristiques liée aux infrastructures portuaires de La Malbaie, j’adresse aujourd’hui au président de la Sogit et porte-parole de l’organisation, le maire Michel Couturier, les 10 questions suivantes :

Question 1

À la mi-septembre 2012, la Sogit octroyait, suite à un appel d’offre, le contrat visant les travaux au quai de Pointe-au-Pic, à Himalaya construction, au montant de 3 739 967, 51 $. Compte tenu des retards, à combien se chiffre, à ce jour, ces travaux?

Question 2

À quel moment l’appel d’offre visant l’embauche des professionnels, en l’occurrence BPR et Génico inc, a-t-il été lancé et à quel montant ce contrat a-t-il été octroyé?

Question 3

Depuis l’obtention de ce contrat, à combien se chiffre aujourd’hui les honoraires cumulés de ces deux firmes de professionnels?

Question 4

En novembre dernier, soit 15 jours après la fin des travaux, la courbure observée au mur nord du quai nécessitait, selon M Guy Néron, trésorier de la Sogit, une « solution radicale ». Pour l’heure, est-ce que la solution des 17 pieux avancée a été retenue et le montant, de 500 000 $ dollars, visant leurs installations, confirmé?

Question 5

Compte tenu de l’appel d’offre et du contrat octroyé, pourquoi la Sogit fait-elle le deuil d’un quai en palplanches fonctionnel comme elle est en droit d’obtenir, et se résignerait-elle à accepter un quai sur pieux?

Question 6

Qui paiera les études visant à déterminer les correctifs, est-ce la Sogit, ou les contribuables de La Malbaie?

Question 7

Est-ce que la Sogit entend faire valoir ses droits afin de s’assurer que ce ne sera pas cette dernière ou encore la population qui paiera pour ces correctifs?

Question 8

À quel moment le quai sera-t-il finalement opérationnel ?

Question 9

Pourquoi la Sogit n’a-t-elle pas travaillé au positionnement de La Malbaie, comme port d’escale sur le marché lucratif des croisières internationales et prévoit-elle enfin le faire?

Question 10

À combien se chiffre la facture visant la disposition des sols contaminés au quai de Cap-à-l’Aigle, travaux qui n’avaient pas été prévus dans l’enveloppe, « négociée serrée », de la cession?

 Rappelons nous :

– les quais fédéraux ont été payés par les taxes de tous les canadiens;

– le transfert de ces infrastructures portuaires, à la Sogit, s’accompagnait d’une enveloppe de près de 10 millions de dollars provenant de fonds publics;

– la Sogit, au nom de la collectivité, a obtenu le transfert des quais de Pointe-au-Pic et de Cap-à-l’Aigle et en ce  sens, elle  doit rendre des comptes, en toute transparence, à cette même collectivité.

Et si la Sogit persiste toujours à se taire, nous n’aurons d’autres choix que de comprendre, ce qu’elle nous laisse à entendre, son silence et son bruit sourd,  de la vérité qu’on nous cache.

007

photo-carricature Marc LapointeNous publions cette caricature que nous avons reçu à titre de commentaire. 

6 réflexions sur « Quai de Pointe-au-Pic. Le grand silence de la Sogit, POUR QUI ET POURQUOI !? »

  1. Puisque la campagne électorale du nouveau maire et nouveau président de la SOGIT mettait l’accent sur la communication et la transparence, je suis certaine que vous aurez bientôt des réponses à vos questions, j’ai bien hâte de les entendre.

  2. vous direz peut-etre que je suis négative,mais je crois que les réponses ne viendront pas vite. je me souviens, que Mme lapointe qui voulait améliorer pas mal de choses, c’est frappée a un mur de brique et c’était la bisbille…….j’espere que le président de la sogit,M.michel couturier (maire de la malbaie)va commencer par se lever debout et donner des réponses clairvoyantes,pour les concitoyens de la malbaie.je crois que c’est urgent et que ca presse.Le plus terrible dans tout ca,je ne vois ni je n’entend aucune nouvelle( les journalistes dans tout ca,que font-ils ou sont-ils, on n’entend pas parler des médias qui devraient embarquer dans ce que je crois etre un tres gros probleme).Continuez Mme Lapointe votre beau travail pour réveiller la population de La Malbaie et les mettre au courant de tout ce qui se passe,,,(les petites cachettes finissent toujours par faire des grosses cachettes). pour montrer j’ai entendu des nouvelles , non pas a la radio locale, mais a la radio de radio-canada qui eux les diffusais……il y a vraiment un problemes dans la diffision locale CIHO , on se réveille……

  3. en ouvrant mon radio dans mon auto,au poste 107,1 , je suis tombée sur un journaliste qui questionnait MMe Lapointe , sur le sujet des quais.Vous avez parfaitement raison.que se passe-t-il a la malbaie,on dort sur la swich……….

    1. D’autant plus que la radio local a refusé de diffuser le contenu d’une publicité sur le sujet contrairement au poste 107,1 qui en plus m’a accordé une entrevue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.