Galerie de photographies du Parc des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie

Parc national des Hautes-Gorges-de-la-rivière Malbaie
Un rendezvous avec les formes glaciaires laissées par le passage des inlandsis.

Collines arrondies et polies, vallées en auge et suspendues, cirque, lacs de cirque, comme le lac du Tonnerre, le lac Prime et le lac Noir, et lacs de kettle dessinent la morphologie du secteur du parc des hautes gorges de la rivière Malbaie. Ces formes proviennent de l’avancée du glacier qui a modelé le relief suivant des réseaux polygonaux de fractures déjà inscrits dans la roche en place. De l'AcropoleMonts environnants de l'AcropoleLacs de l'Acropole

 

L’Acropole des Draveurs

Inspirée de l’expression poétique de Félix-Antoine Savard, la désignation toponymique de l’Acropole des Draveurs a été attribuée, en 1989, à la paroi qui domine à plus de 800 mètres la vallée de la rivière Malbaie. Située sur le cran ouest de la montagne des Érables, l’Acropole fait face à un sommet, de l’autre côté de la rivière, le mont Félix-Antoine-Savard.

Par cette expression l’auteur voulait rende hommage aux draveurs et la paroi évoquait pour lui les cités de la Grèce antique où se retrouvait, sur une hauteur, citadelle édifices importants : « …puissante forteresse que je surnommai l’Acropole, parce que j’y élevais un Parthénon de rêve sur la frise héroïque duquel défilaient les grands draveurs…». Noms et lieux du Québec, Commission de toponymie du Québec, paru 1994.

Le lit de la rivière Malbaie
La rivière Malbaie coule dans une vallée encaissée à même le massif rocheux qui présente, à cet endroit, l’aspect d’un véritable canyon

De l'AcropoleEn montant vers l'Acropole des DraveursVers l'Acropole

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir sur Google maps

https://www.google.ca/maps/place/Parc+national+des+Hautes-Gorges-de-la-Rivi%C3%A8re-Malbaie/@47.887422,-70.4646972,46285a,21.3y,2.12t/data=!3m5!1e4!3m3!1s0x4cbf96cd645ecd35:0x26f033f6ef360d!2e0!3e18!4m2!3m1!1s0x4cbf91847e5371d5:0xa375b83b778a371f

Le centre de services Le Draveur

Le bâtiment Le Draveur, situé au cœur du parc national des Hautes-Gorges-de- la-Rivière-Malbaie, a été érigé près de l’ancien barrage des Érables. Inauguré en 2004, ce centre de services, auquel se greffe une grande terrasse, offre des services d’accueil, d’information et de restauration. On y trouve aussi une salle à manger, un dépanneur et une boutique Nature.

EPSON DSC Picture
La maison au pied des rochers

Réserve des Grands-Ormes

 

Le barrage des Érables des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie

Suite aux recommandations du Centre d’expertise hydrique du Québec, le barrage des Érables, construit en 1958, a été totalement reconstruit pour des raisons de sécurité. Il laisse place dorénavant à un déversoir.

Érigé à l’époque pour les activités de drave, le barrage des Érables était fabriqué de caissons de bois, remplis de pierres.  Classé à forte contenance, par le Centre d’expertise hydrique du Québec, l’infrastructure possédait une longueur de 74 mètres et d’une hauteur de 7,1 mètres alors que sa capacité de retenue se chiffrait à 1 320 000m3. Les eaux l’alimentant proviennent d’un bassin de versant d’une superficie de 1 072 km2. Le barrage situé en amont de celui des Érables est le barrage du lac à Jack.



EPSON DSC Picture
Fabriqué de bois et caissons remplis de pierres le barrage des Érables est classé à forte contenance
Barrage des Érables construit en 1958
Barrage des Érables construit en 1958 afin de permettre les activités liées à la drave sur la rivière Malbaie

 

X0001276
Barrage du Lac à Jack

Situé dans le parc de conservation des Grands-jardins, le barrage du Lac à Jack a été construit, en 1968. Modifié en 2005, au coût 1 M $, ce barrage est de type béton-gravité, c’est à dire qu’il est fabriqué de béton et que sa stabilité est assuré par le poids même de l’ouvrage. De forte capacité également, comme celui des Érables, ce barrage mesure plus de 50 mètres de longueur, 7 mètres de hauteur et possède une capacité de retenue de 17 860 000m3

En marchant vers les eaux mortes

Le secteur des eaux mortes correspond à la partie en amont du barrage. C’est dans ce secteur qu’on atteint l’équerre, endroit où la rivière change de trajectoire à 90 degré.

En marchant vers les eaux mortesLa rivière comme un miroirTalus d'éboulis dans le secteur des eaux mortesLe barrage des Érables et la rivière MalbaieBelvédère près du barrage

 

Réserve mondiale de la biosphère

Une réserve de biosphère est une reconnaissance de l’UNESCO de zones modèles conciliant la conservation de la biodiversité et le développement durable, dans le cadre du Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB). On compte plus d’une quarantaine de pays à travers le monde dont certains de leurs territoires se sont vus octroyer le statut de réserve de la biosphère.  

La rivière Malbaie
Le parc national des Hautes-Gorges-de-la-rivière-Malbaie, aire centrale de la réserve mondiale de la biosphère de Charlevoix

 

De ce nombre, l’Algérie compte parmi les tous premiers pays qui se sont vu octroyer, pour une partie de leur territoire, le statut de réserve de la biosphère. Le Tassili N’Ajjer, situé en plein cœur du plus grand désert du monde, le Sahara, a obtenu ce statut en 1986 alors que depuis 1982, l’endroit était classé au patrimoine mondial. 

396993a1c626772f239b40b74283cc11
Le Tassili N’Ajjert s’est vu octroyé le titre de réserve de la biosphère dès 1986.

 

Plus récemment cette fois, en 1997, toujours en Algérie, la réserve de la biosphère du Massif du Djurdjura a été créée. Ce massif, situé au nord du pays, borde la méditerranée et atteint, en moyenne 2 000 mètres d’altitude. Occupé par des populations essentiellement berbérophones, dont plusieurs sont arboriculteurs, le Djurdjura est un fief kabyle. Les sommets les plus élevés du massif sont recouverts de neige éternelle.      

89817425c82be14d94aa9bcb32adaf89
Neige éternelle sur les sommets du Djurdjura au nord de l’Algérie. Ce territoire fait partie des réserves de la biosphère depuis 1997.

 

Réflexion
EPSON DSC Picture
Réflexion

Cette photo a été prise sur le territoire du parc des Hautes-Gorges. Mais où donc se situé ce rocher ? Je vous invite à me donner vos suggestions, question de voir si vous vous retrouvez. J’attends vos commentaires en bas de page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.